Blog

Semer les graines de la résilience dans les zones arides d’Afrique Blog

17 juin, 2021
Mark Redwood, directeur général (SPARC), et Laure Tankpinou, directrice de projet

Les zones arides d’Afrique sont touchées par une série de défis cumulés liés au développement, notamment des taux de pauvreté élevés, des moyens de subsistance précaires, des conflits prolongés, des pressions environnementales et une gouvernance faible. De plus, les risques croissants de sécheresse et de désertification associés aux changements climatiques exercent des pressions supplémentaires sur les pâturages et les forêts de régions telles que le Sahel. Malgré ces défis, les zones arides constituent un écosystème important pour des millions de pasteurs et d’agropasteurs. Des projets récents, tels que l’atlas des pâturages publié par l’International Livestock Research Institute, un partenaire de Cowater International, soulignent la valeur des pâturages et l’importance d’activités de subsistance telles que le pastoralisme comme solution à la pauvreté dans les zones affectées par une pénurie d’eau.

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, qui a lieu le 17 juin, Cowater International fait valoir son empreinte mondiale en matière de création de moyens de subsistance plus résilients et plus durables dans les zones arides d’Afrique.

Au Niger, l’un des pays les plus secs du Sahel, 80 % des moyens de subsistance proviennent de l’agriculture et de l’élevage. Les populations dépendent exclusivement d’une saison des pluies imprévisible qui dure trois mois, ce qui rend les ressources en eau et les pâturages vulnérables à la surexploitation. Les sécheresses et les inondations fréquentes déciment les cultures et les biens de production, accentuant davantage les vulnérabilités économiques.

Diguette de protection au Niger soutenue par Cowater International

Avec le soutien de la Millennium Challenge Corporation (MCC), Cowater International renforce la capacité de plus de 4000 producteurs à accroître leur productivité au moyen de pratiques agricoles respectueuses du climat, de techniques de restauration des sols, de nouvelles technologies à faible coût respectueuses du climat, d’une meilleure planification et de meilleurs liens entre les marchés. Grâce à ces interventions, les revenus découlant des céréales et des tomates ont augmenté de 25 à 50 % par hectare en moyenne.

Au Burkina Faso, Cowater International fait participer les communautés de manière intégrée en facilitant l’accès à l’eau et à l’assainissement tout en proposant des solutions pour renforcer les techniques agricoles respectueuses du climat. Nous avons sollicité des producteurs et des groupes de femmes afin de soutenir la production de légumes et de bétail à petite échelle, d’améliorer l’approvisionnement en eau et l’assainissement pour plus de 60 000 personnes en construisant une usine de traitement d’eau et en favorisant des activités liées à l’hygiène, et de renforcer la gouvernance locale pour promouvoir la participation des femmes à la prise de décisions et au développement économique.

À l’échelle régionale, le programme SPARC (Soutenir le pastoralisme et l’agriculture
durant les crises récurrentes et prolongées
)
, financé par le ministère des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement du Royaume-Uni, explore des moyens novateurs de relever les défis auxquels font face les habitants des zones arides d’Afrique. Une étude des paysages menée par le programme SPARC a mis de l’avant 36 moyens novateurs d’aider les communautés des zones arides à devenir plus résilientes. Ces innovations vont de simples technologies agricoles, comme l’assurance du bétail basée sur un indice, à des solutions numériques permettant d’obtenir de meilleures informations sur le climat et les marchés. Nous avons été enchantés de présenter notre travail lors du récent Forum mondial des paysages, où plus de 9000 participants ont évalué des stratégies clés visant à accroître la valeur et le potentiel des pâturages grâce à la gestion, la conservation et la valorisation efficaces des ressources.

L’application AfriScout, qui fournit aux éleveurs des informations actuelles sur l’état des eaux et de la végétation à l’aide de cartes localisées des pâturages communautaires, est un exemple d’innovation réussie. Cette application permet aux pasteurs de prendre des décisions plus précises et plus rentables quant aux endroits où déplacer les animaux, ce qui contribue à améliorer les pratiques de gestion des pâturages et à réduire le risque de perdre des troupeaux.

Les solutions numériques comme AfriScout sont vitales pour aider les pasteurs et les agropasteurs à prendre de meilleures décisions, mais, à long terme, le développement résilient et durable des zones arides devra être axé sur deux points majeurs.

Premièrement, les pâturages doivent être considérés comme des atouts économiques essentiels et être gérés comme tels. Une meilleure compréhension de la valeur économique des pâturages—y compris la contribution du pastoralisme et de l’agropastoralisme ainsi que sa valeur écologique intrinsèque—peut améliorer la gestion des pâturages. Cela requiert souvent de soutenir des techniques traditionnelles telles que le fractionnement des troupeaux—une pratique consistant à diviser le bétail en troupeaux distincts selon l’âge, le sexe, le type et la productivité. Cette pratique, répandue dans des pays comme le Kenya et le Niger, a contribué par le passé à créer des marchés spécialisés pour différents types de bétail et de ruminants.

Deuxièmement, il faut créer de meilleurs modèles pour adapter l’innovation à l’échelle. Bien que l’innovation se retrouve partout, les types de partenariats requis pour adapter les bonnes idées à l’échelle sont rares. D’une part, les zones arides n’étant pas facilement accessibles, la majeure partie du financement de donateurs, qui peut réduire les risques liés aux investissements privés de manière significative, est injectée dans des zones d’investissement « plus faciles ». Grâce aux technologies numériques, à l’observation à distance et à d’autres outils, l’innovation peut jouer un rôle clé dans l’amélioration des moyens de subsistance dans les zones arides d’Afrique. Au cours de la prochaine année, le programme SPARC tentera de créer des synergies et des partenariats entre le financement public, les innovateurs et des investisseurs « patients » et tolérants à l’égard des risques, dans le but d’adapter l’innovation à l’échelle. Nous concentrerons d’abord nos recherches sur l’assurance du bétail basée sur un indice, ainsi que sur des applications numériques visant à faciliter l’obtention d’informations liées aux marchés et à la gestion des pâturages.

Nous vous invitons à nous suivre sur Twitter (@Cowater_Intl et @SPARC_Ideas) pour vous tenir au courant de notre travail visant à soutenir le pastoralisme et les moyens de subsistance résilients dans les zones arides d’Afrique.

Veuillez cliquer ici pour plus d’informations sur notre travail au Burkina Faso.


Related Content

Cowater soutient la mise en œuvre d’un cadre de réduction des risques de catastrophe en Afrique subsaharienne

Cowater International a été mandatée pour appuyer l’intégration de la dimension de genre dans le cadre du programme Building Resilience to Natural Hazards in Sub-Saharan African Regions, Countries, and Communities. […]

Cowater est l’un des principaux fournisseurs des communautés de pratique du Fonds vert pour le climat

Cowater a été sélectionnée comme l’un des principaux fournisseurs d’expertise en matière de changement climatique pour le Fonds vert pour le climat (FVC) dans le cadre de leurs communautés de […]

L’Agriculture intelligente face au climat : Remédier à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle croissante

Les changements climatiques sont rapidement en train de devenir l’une des principales causes de graves crises alimentaires et représentent un risque majeur pour l’agriculture en régions rurales. Le nombre d’événements […]



Façonner un avenir meilleur avec Cowater
Joignez l’équipe